Notes de lecture

Dans le même numéro

Le chant du poulet sous vide de Lucie Rico

juil./août 2020

Le Chant du poulet sous vide est le premier roman de Lucie Rico, qui écrit par ailleurs des scénarios et réalise des films. Dans sa fable écologique, la révolte sourde gronde, car l’avenir n’est pas dans les œufs. Sur les cerisiers parés de blanc, le rouge est mis, comme si leurs fruits allaient se gonfler de sang. Peu à peu, l’histoire tourne au conte fantastique et horrifique. Il n’est pas sans rappeler Truismes de Marie Darrieussecq, mais le cochon fait place aux poulettes. L’héroïne (Paule) a pour mission de les élever quand elle doit reprendre l’élevage maternel. Tentant de sauver ce qui peut l’être, elle est embrigadée dans une aventure que l’auteure construit « de la même manière que le marketing fabrique des contes, jusqu’à nous faire croire que les animaux que nous mangeons sont d’adorables bêtes, saines et dévouées, avec lesquelles nous avons une relation ». Pour autant, tout se gâte pour Paule qui, contrainte et forcée, exécute les volailles. En un acte de contrition, avant de les mettre à mort, elle les met en mots. Chaque poulet a droit à une biographie personnelle, quitte, pour l’héroïne, à oublier de s’occuper de son mari. Il ne lui vole pas pour autant dans les

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
P.O.L, 2020
252 p. 18 €

Jean-Paul Gavard-Perret

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.