Notes de lecture

Dans le même numéro

La Renaissance des campagnes. Enquête dans une France qui se réinvente de Vincent Grimault

avril 2021

D’après le nouveau zonage territorial défini par l’INSEE en octobre 2020, neuf Français sur dix sont urbains, au sens où ils vivent « dans l’aire d’attraction d’une ville ». Que reste-t-il donc de nos campagnes ? Elles ne sont même plus définies à partir de leur caractère propre (l’activité rurale, les paysages, un mode de vie…) mais comme un « reste », ce qui n’est pas urbain, ce qui n’est pas dense. La définition administrative de nos espaces de vie (ville-centre, périphérie…) à partir de notions abstraites, cherchant à rendre compte de nos modes d’appropriation de l’espace, en particulier de notre mobilité (les allers et retours vers le travail, notamment), reste largement ignorée par des Français marqués par l’exode rural et les images de carte postale opposant les villes aux campagnes.

C’est pour réagir contre cette méconnaissance et contre les discours faciles sur le déclin, voire « l’abandon » de nos territoires, que Vincent Grimault a décidé d’écrire ce livre. Contre une vision excessivement pessimiste de nos divisions territoriales, et plus généralement pour répondre au sentiment de « s

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Seuil, 2020
320 p. 21 €

Marc-Olivier Padis

Directeur de la rédaction d'Esprit de 2013 à 2016, après avoir été successivement secrétaire de rédaction (1993-1999) puis rédacteur en chef de la revue (2000-2013). Ses études de Lettres l'ont rapidement conduit à s'intéresser au rapport des écrivains français au journalisme politique, en particulier pendant la Révolution française. La réflexion sur l'écriture et la prise de parole publique, sur…

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.