Notes de lecture

Dans le même numéro

La Goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino

Dans ce premier livre à être traduit en français, l’italienne Rosella ­Postorino, éditrice de son métier, raconte le vécu de dix femmes contraintes de tester la nourriture destinée à Hitler, alors cantonné dans son quartier général de Prusse orientale et, en cas ­d’empoisonnement, à mourir pour lui comme de fidèles soldats. À partir du récit de l’allemande Margot Wölk, qui, en 2013, à plus de quatre-vingt-dix ans, avouait avoir été goûteuse d’Hitler pendant plus de deux années, elle introduit sa propre héroïne, Rosa Sauer (lui donnant son prénom et un nom de famille qui signifie « amer » en français), une Berlinoise qui se rend auprès de ses beaux-parents dans le village de Gross-Partsch (aujourd’hui Parcz en Pologne), après l’engagement de son mari Gregor dans l’armée et le décès de sa mère lors du bombardement de l’immeuble où elles vivaient toutes les deux.

La romancière décrit, à la première personne du singulier, d’une seule traite monochrome, le passage lancinant de journées ritualisées pour ces femmes cobayes, taraudées par la peur de mourir. Elle ne néglige pas pour autant le retentissement du contexte historiqu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Trad. par Dominique Vittoz, Albin Michel, 2019
400 p. 22 €

Sylvie Bressler

Critique littéraire à la revue Esprit depuis 2002.

Dans le même numéro

Coordonné par Jean-Yves Potel, le dossier analyse le succès du gouvernement du Parti Droit et justice (PiS) en Pologne. Récupérant un mécontentement semblable à celui que l'on perçoit ailleurs en Europe, le régime s'appuie sur le discrédit des élites libérales et le rejet des étrangers pour promouvoir une souveraineté et une fierté nationale retrouvées. Il justifie ainsi un ensemble de mesures sociales mais aussi la mise au pas des journalistes et des juges, et une posture de défi vis à vis des institutions européennes, qu'il n'est pas pour autant question de quitter. À lire aussi dans ce numéro : les nouveaux cahiers de doléance en France, l’emprise du numérique, l’anniversaire de la révolution iranienne, l’antisémitisme sans fin et la pensée écologique.