Notes de lecture

Dans le même numéro

« Les Parisiens », une obsession française. Anatomie d’un déséquilibre d'Olivier Razemon

juin 2021

Journaliste d’investigation, Olivier Razemon s’intéresse à l’hégémonie parisienne sur l’ensemble de l’Hexagone. Paris avec ses 2,2 millions d’habitants et l’Île-de-France avec ses 12 millions de résidents constituent une « obsession française », pour ne pas dire une exception ! En effet, Paris et la région-capitale concentrent la majorité des richesses économiques, médiatiques et culturelles et les instances dirigeantes de ces différents pouvoirs. Certes, l’État central redistribue la manne fiscale aux autres régions, mais n’a pas pu – l’a-t-il voulu ? – déconcentrer davantage ses services, décentraliser les décisions et assurer une plus large autonomie aux territoires. Mêlant l’histoire politique aux appréciations littéraires et aux articles de presse, qui rendent bien compte de l’esprit du temps, Olivier Razemon trace un tableau particulièrement contrasté du pays. Il épingle au passage quelques idées reçues, comme l’indécent exode urbain des Parisiens la veille du premier confinement, qui correspond en fait aux départs massifs d’habitants d’autres grandes villes françaises. Ou encore la généralisation du tél&e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Rue de l’Échiquier, 2021
224 p. 18 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

Les enquêtes de santé publique font état d’une épidémie de fatigue dans le contexte de la crise sanitaire. La santé mentale constitue-t-elle une « troisième vague » ou bien est-elle une nouvelle donne sociale ? L’hypothèse suivie dans ce dossier, coordonné par Jonathan Chalier et Alain Ehrenberg, est que la santé mentale est notre attitude collective à l’égard de la contingence, dans des sociétés où l’autonomie est devenue la condition commune. L’épidémie ne provoque pas tant notre fatigue qu’elle l’accentue. Cette dernière vient en retour révéler la société dans laquelle nous vivons – et celle dans laquelle nous souhaiterions vivre. À lire aussi dans ce numéro : archives et politique du secret, la laïcité vue de Londres, l’impossible décentralisation, Michel Leiris ou la bifurcation et Marc Ferro, un historien libre.