Notes de lecture

Dans le même numéro

Ville contre automobiles. Redonner l’espace urbain aux piétons d'Olivier Ducharme

juin 2021

Le déplacement automobile est responsable d’une grande part des émissions de gaz à effet de serre, au Québec comme dans la plupart des régions urbanisées. Le dossier à charge contre l’automobile concocté par Olivier Ducharme, chercheur au Collectif pour un Québec sans pauvreté, est accablant. Le capitalisme a trouvé avec l’automobile l’objet magique pour se perpétuer, car tout habitant, quel que soit son revenu, en devient dépendant. Les villes sont conçues pour l’automobile : même l’architecte Frank Lloyd Wright, qui imaginait une ville « dispersée », une ville-paysage, la faisait reposer sur la voiture individuelle. Il est vrai qu’entre les deux guerres mondiales, le pétrole était si bon marché et si abondant… Dorénavant, nous savons que les énergies fossiles sont limitées et terriblement polluantes, et que, par ailleurs, l’automobile tue, stresse, encombre les trottoirs, exclut les piétons et esquinte les arbres. « L’automobile est du capitalisme roulant, écrit l’auteur, et l’automobile électrique est le modèle du capitalisme vert. » S’ensuit une démonstration écologique des méfaits de la voiture électrique ou hybride

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Écosociété, 2021
200 p. 14 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

Les enquêtes de santé publique font état d’une épidémie de fatigue dans le contexte de la crise sanitaire. La santé mentale constitue-t-elle une « troisième vague » ou bien est-elle une nouvelle donne sociale ? L’hypothèse suivie dans ce dossier, coordonné par Jonathan Chalier et Alain Ehrenberg, est que la santé mentale est notre attitude collective à l’égard de la contingence, dans des sociétés où l’autonomie est devenue la condition commune. L’épidémie ne provoque pas tant notre fatigue qu’elle l’accentue. Cette dernière vient en retour révéler la société dans laquelle nous vivons – et celle dans laquelle nous souhaiterions vivre. À lire aussi dans ce numéro : archives et politique du secret, la laïcité vue de Londres, l’impossible décentralisation, Michel Leiris ou la bifurcation et Marc Ferro, un historien libre.