© Ascot Elite Filmverleih GmbH
Flux d'actualités

Assassins, documentaire censuré en Corée du Sud

juillet 2021

Le documentaire sur l'assassinat du demi-frère de l'actuel dictateur de la Corée du Nord enquête sur le moment où les jeunes femmes sont entrées en contact avec les agents nord-coréens, « producteurs » de vidéos internationales en caméra cachée.

Le documentaire Assassins est surtout le portrait sans fard de deux jeunes femmes sud-asiatiques, issues de milieux pauvres et livrées à tous les périls, de la prostitution au crime organisé. Les luttes de succession à la tête du régime nord-coréen, auxquelles elles ont été mêlées, en constituent une sorte de révélateur. Cette Indonésienne et cette Vietnamienne ont été accusées d’avoir assassiné Kim Jong-nam, l’héritier nord-coréen et demi-frère de l’actuel dictateur Kim Jong-un, le 17 février 2017 à Kuala Lumpur en Malaisie. Sélectionné au festival de Sundance 2020 et programmé sur plusieurs plateformes de VOD dont Netflix, on attendait la distribution du film à Séoul en juin 2021, mais celle-ci n’aura pas lieu. Le KOFIC, le centre national de la cinématographie sud-coréen, a décidé d’interdire la projection du documentaire Assassins de Ryan White. La principale raison officielle avancée par le KOFIC est le manque de « qualité artistique » du film. Pourtant, ce dernier n’en manque pas, pour un film « judiciaire » potentiellement austère qui porte sur le procès des deux jeunes femmes. En effet, l’affaire est complexe : qui sont les commanditaires ? Sont-elles des espionnes, des tueuses à gages ou des marionnettes ? Pourquoi la Malaisie, le Vietnam et l’Indonésie se retrouvent-ils impliqués dans une affaire avec la Corée du Nord ? Pourquoi assassiner le demi-frère de Kim Jong-un ?

Un crime pour YouTube

L’idée ingén

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Antoine Coppola

Réalisateur et maître de conférence à l’université Sungkyunkwan de Séoul, il est l’auteur de Le cinéma asiatique (L’Harmattan, 2004). Voir son article « Cinéma et agitation sociale en Corée du Sud » (www.esprit.presse.fr, le 5 avril 2017).