© Christophe Raynaud de Lage
Flux d'actualités

Une femme se déplace au Théâtre de la Ville

décembre 2019

Ce portrait de femme pose aussi des questions éminemment politiques.

Une femme se déplace, qui se joue au Théâtre de la Ville-Les Abbesses jusqu’au 21 décembre 2019[1], après avoir été créée au Printemps des comédiens de Montpellier en juin, est le portrait musical et théâtral d’une femme qui se libère, opère sa mue et reprend le cours de sa vie en faisant finalement les choix qui lui ressemblent.

Cette nouvelle création du dramaturge et metteur en scène David Lescot avec sa compagnie du Kaïros – dont le nom n’a jamais été aussi opportun que pour cette pièce – est inclassable. Présenté comme une comédie musicale qui est un genre en vogue sur les scènes parisiennes cet hiver – de l’adaptation des Justes de Camus par Abd Al Malik au Châtelet[2] aux musicals de Broadway comme Funny Girl au Théâtre Marigny – et appartenant incontestablement au registre de la comédie tant l’humour est présent dans la vingtaine de scènes qui se succèdent, y compris dans les tableaux qui pourraient être les plus grinçants, ce spectacle est aussi et avant tout du théâtre, ne serait-ce qu’en raison de son texte extrêmement élaboré, de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Emmanuelle Saulnier-Cassia

Professeure de droit public à l’université de Versailles, agrégée des Facultés de droit, elle est spécialisée en droit de l’Union européenne. Elle a créé par ailleurs une réflexion sur l’appréhension du droit par les arts (scéniques en particulier), à travers une chronique mensuelle « Du droit dans les arts » aux Petites affiches, une rubrique « Théâtre » dans la revue Droit & Littérature depuis…