Exposition « Ouverture », Bourse du commerce -Pinault Collection. Vue depuis le troisième niveau. Dans le silo central, "Untitled", 2011-2020, © Urs Fischer. Photo Jean-François Bouthors
Flux d'actualités

La Bourse du commerce, urne funéraire de la culture ?

L’ouverture de la collection Pinault au centre de Paris est peut-être, paradoxalement, le signe que le mouvement de la philanthropie artistique et de l’art de la collection touche sa limite.

Sans nul doute, ni François Pinault ni Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture, aujourd’hui directeur général de la collection du milliardaire n’avaient imaginé pareille coïncidence. Pourtant, le symbole est là, massif : la Bourse du commerce, somptueusement reconfigurée par l’architecte japonais Tadao Ando, à la demande de François Pinault qui en est devenu propriétaire afin d’exposer sa collection en plein cœur de Paris, ouvre ses portes au moment où les lieux culturels peuvent de nouveau accueillir du public, après des mois de fermeture pour cause de pandémie. Ce nouvel espace devient en quelque sorte le parangon de ce qu’on aimerait pouvoir considérer comme la résurrection de la culture en France, après qu’elle a été outrageusement interdite d’accès, alors qu’elle était peut-être le bien le plus essentiel, celui dont les habitants de la France avaient besoin pour traverser pareille épreuve. Son absence, on en voit le résultat avec un débat politique polarisé sur les questions de sécurité, avec une montée de la violence ordinaire qui ne doit pas grand-chose à la menace terroriste, avec une crise très profonde de la délibération dans l’espace public où l’o

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Bouthors

Editeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011), Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (François Bourin, 2016), Nous, Français (L’Observatoire, 2018) et, avec Jean-Luc Nancy, Démocratie ! Hic et nunc (François Bourin, 2019).…