Flux d'actualités

Juger du J'accuse

novembre 2019

Roman Polanski fait un commerce très problématique de l’histoire tout en s’estimant fondé de profiter de l’énorme renommée de l’événement.

Après une semaine d’exploitation, le J’accuse de Roman Polanski a fait salle comble, avec plus de 500 000 entrées en France (pour 545 salles), le plaçant en tête du box-office. Si l’on étudie la préparation de sa sortie, on constate que beaucoup a été fait par le cinéaste (et probablement ses producteurs et distributeurs) pour donner au film un parfum de scandale suscitant le désir d’aller le voir, alors même que l’œuvre est très moyenne et pose de nombreuses questions sur le traitement historique.

 

Photo Vincent Duclert, ABC de Toulouse le 20 novembre

 

D’emblée se pose une question liminaire. Doit-on juger du J’accuse en historien alors que le propos du cinéaste n’est pas de faire œuvre historique comme une thèse ou un ouvrage, mais de composer un récit en images capable de divertir et de faire réfléchir un large public présent ? Cette critique historienne est non seulement légitime mais nécessaire. En effet, Polanski se saisit d’un des événements les plus puissants en termes mémoriels, strictement cont

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Vincent Duclert

Vincent Duclert, historien, professeur à l’EHESS, est l’auteur de L’affaire Dreyfus (La Découverte, 4e éd. 2018) et d’Alfred Dreyfus. L’honneur d’un patriote (Fayard, coll. « Pluriel », 2e éd. 2016). Il vient d’éditer avec Marie-Neige Coche : Alfred et Lucie Dreyfus, Écrire pour résister. Correspondance 1894-1899, Gallimard, coll. « Folio », 2019) ; et de présenter les textes réunis dans Émile…