Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

« Non à la guerre. Ne croyez pas la propagande. On vous ment, ici […] Les Russes sont contre la guerre. » (Marina Ovsiannikova)
« Non à la guerre. Ne croyez pas la propagande. On vous ment, ici […] Les Russes sont contre la guerre. » (Marina Ovsiannikova)
Flux d'actualités

Ukraine. Des enseignements d’urgence (II)

À la quatrième semaine de la guerre d’agression décidée par Vladimir Poutine contre l’Ukraine, la résistance des Ukrainiens, mais aussi celle des Russes, forcent l’admiration. Celles et ceux qui luttent pour les raisons de vivre sont en effet invincibles. Des enseignements d’urgence qui plongent au cœur du courage de cette Europe face à la tyrannie.

La résistance des Ukrainiens à la guerre d’agression doit être qualifiée d’héroïque, face à un agresseur en nette supériorité militaire, du moins sur le papier et dans les airs. Les faiblesses de l’infanterie russe sont constatées. Limitant ses capacités à conquérir les villes, elles entraînent en conséquence, pour vaincre ces dernières, l’emploi massif de l’artillerie, des bombes aéroportées et des missiles tirés notamment de la flotte de la mer Noire. Les civils, en toute logique, paient un très lourd tribut à cette tactique. Celle-ci peut être pensée comme une stratégie de terreur sur des populations jugées ennemies, devant être détruites. N’oublions pas que telle assignation d’un groupe à une culpabilité collective, qu’il s’agit de punir le plus effroyablement possible, a été réalisée en Syrie, par le régime de Bachar el-Assad avec la participation directe de la Russie. Elle a entraîné la destruction d’Alep et de sa population sous les bombes russes et les barils de dynamite lancés par les hélicoptères syriens. Le but était d’infliger le maximum de morts et de blessés condamnés en visant des objectifs civils (hôpitaux, maternités, écoles, regroupements de secouristes après un premier bombardement…). Il est nécessaire, au regard de ce qui a ressemblé à une guerre d’extermination en Syrie1, de s’interroger aujourd’hui sur le sort réservé aux civils ukrainiens, particulièrement les enfants

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Vincent Duclert

Vincent Duclert est historien, chercheur titulaire et ancien directeur du Centre Raymond Aron (CESPRA, EHESS-CNRS), enseignant à Sciences Po. Il a récemment publié Les génocides (CNRS Éditions, 2019), Camus. Des pays de liberté (Stock, 2020), La République imaginée. Histoire de France [1870-1914] (édition augmentée, Folio Gallimard, 2021) et Premiers combats. La démocratie républicaine et la haine