Dans le même numéro

Les Iraniens dissimulés

Récit de voyage

Comment l’Iran s’est-il construit après la Révolution islamique ? De Téhéran à l’Iran central, les villes révèlent la richesse de la culture persane. Sous le poids des interdictions, leurs habitants, surtout les femmes, oscillent entre la dissimulation et la dissidence. 

Fin octobre 2016, Téhéran s’embrase encore sous le soleil déclinant de l’après-midi. Quelques heures après mon arrivée, j’ai ­rendez-­vous avec le cousin d’une amie iranienne. Elle vit à Genève et travaille dans les organisations internationales. Le cousin, ingénieur, est resté en Iran : il n’a pas emprunté les flux de l’exil vers l’Amérique ou vers l’Europe.

Le taxi m’attend devant l’hôtel Azadi, un des hôtels historiques de Téhéran. V. S. Naipaul y séjourna deux fois : en 1980, puis vingt ans après. Ce fut son camp de base pour entreprendre une longue exploration de la société iranienne pendant et après la révolution de 1979. Par ses deux essais iraniens, Naipaul constitue aussi pour le présent récit une sorte de point de départ, tant le prix Nobel de littérature est capable de montrer sous une forme expressive les lieux, le temps révolutionnaire, les gens en situation. Dans le premier essai, Crépuscule sur l’islam, il décrit un personnel de l’Azadi fier de ses étoiles hôtelières d’ancien régime, en transit de la révolution khomeiniste et fournisseur d’un service décati et décalé par le souffle révo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Antoine Maurice

Sociologue et journaliste, il est l'auteur de récits de voyage publiés dans la revue Esprit et de L'Amérique en valeurs (Complexe, 1999).

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.