Photo : AbsolutVision via Unsplash
Dans le même numéro

Qu’est-ce qui menace la liberté de la presse aujourd’hui ?

La liberté de la presse n’a jamais été aussi mal en point qu’aujourd’hui. Les régimes autoritaires mettent leurs appareils législatifs au service d’une répression de la société civile et exploitent le manque de transparence et de régulation des plateformes numériques.

La présidence de Donald Trump a commencé avec les « faits alternatifs » avancés par la Maison Blanche concernant la taille de la foule présente à l’investiture de Trump devant le Capitole et s’est achevée par les violents supporters de ce dernier gribouillant « Mort aux médias » sur les portes du Capitole. Si Trump est parti (pour le moment), les médias sont toujours en danger – et pas seulement aux États-Unis. La sentinelle Reporters sans frontières considère que l’état de la liberté de la presse est « bon » dans seulement douze pays, le plus faible nombre jamais atteint.

La menace la plus évidente contre la liberté de la presse dans le monde provient des régimes autoritaires, dont certains ont profité de la pandémie pour empêcher la presse de dénoncer les échecs des dirigeants politiques. En Hongrie, qui est tombée de la 89e à la 92e place dans le classement mondial de RSF sur la liberté de la presse entre 2020 et 2021, le gouvernement a menacé des organes de presse de poursuites pour avoir « entravé » sa lutte contre la Covid. Les infirmières et les médecins n’y ont pas le droit de parler à des journalistes indépendants.

Les régimes autoritaires ajustent également leurs instruments, moins évidents, pour limiter le pluralisme de la presse. Ils refusent la publicité d’État (qui a souvent augmenté pendant la pandémie) à des organes de presse qui les critiquent. Ils permettent à des hommes d’affaires proches du régime de racheter des médi

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jan-Werner Müller

Titulaire de la chaire Roger Williams Straus de sciences politiques à l’université de Princeton, Jan-Werner Müller a notamment publié La Peur ou la liberté (Premier Parallèle, 2020).

Dans le même numéro

Nos attentes à l’égard de la littérature ont changé. Autant qu’une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd’hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l’importance prise par les enjeux d’écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d’enquête. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l’écrivain aujourd’hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. Avec des textes de Felwine Sarr, Gisèle Sapiro, Jean-Claude Pinson, Alice Zeniter, François Bon.