Vue de l'exposition Black Dolls © Marc Domage
Dans le même numéro

L’autre au cœur de La maison rouge

Ceija Stocka (1933-2013) – Une artiste rom dans le siècle et Black Dolls – La collection de Deborah Neff, à La maison rouge (Paris) jusqu’au 20 mai 2018

avril 2018

L’acte de création artistique apparaît comme un surcroît d’humanité, là où précisément l’intolérance, le mépris, la haine ou l’asservissement mettent l’humanité en défaut d’elle-même.

En janvier 2017, Antoine de Galbert, son fondateur et président, annonçait la fermeture de La maison rouge en octobre de l’année suivante. Ouvert en 2004, le lieu présente ses deux avant-dernières expositions – l’ultime s’ouvrira en juin prochain – et le maître des lieux explique que, pour chacune, il a repoussé d’un trimestre l’échéance qu’il avait initialement fixée. C’est dire l’importance qu’il y attache. L’une présente l’œuvre de Ceija Stocka (1933-2013), dont le père, arrêté et envoyé à Dachau en 1941, est mort l’année suivante ; elle-même a été déportée à l’âge de dix ans, en 1943, avec sa mère et plusieurs de ses frères et sœurs, d’abord à Auschwitz-Birkenau, puis à Ravensbrück et à Bergen-Belsen. L’autre, Black Dolls, est construite à partir des poupées noires de la collection Deborah Neff, créées par des Africains-Américains dans les années 1840-1940.

C’est l’autre qui est en jeu, l’humanité et la dignité que nous lui reconnaissons ou pas, la manière aussi dont il fait face à l’iniquité et à la violence dont il est l’

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Bouthors

Editeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011), Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (François Bourin, 2016), Nous, Français (L’Observatoire, 2018) et, avec Jean-Luc Nancy, Démocratie ! Hic et nunc (François Bourin, 2019).…

Dans le même numéro

Comment se fait aujourd’hui le lien entre différentes classes d’âge ? Ce dossier coordonné par Marcel Hénaff montre que si, dans les sociétés traditionnelles, celles-ci se constituent dans une reconnaissance réciproque, dans les sociétés modernes, elles sont principalement marquées par le marché, qui engage une dette sans fin. Pourtant, la solidarité sociale entre générations reste possible au plan de la justice, à condition d’assumer la responsabilité d’une politique du futur. À lire aussi dans ce numéro : le conflit syrien vu du Liban, la rencontre entre Camus et Malraux et les sports du néolibéralisme.