Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

L'Amour est un crime parfait : Photo Mathieu Amalric, Copyright Gaumont Distribution
Dans le même numéro

Mathieu Amalric, créateur par divergences

novembre 2021

La filmographie de Mathieu Amalric fait montre d’une grande subtilité dans le rôle qu’elle accorde au montage pour déconstruire et recomposer la chronologie, croiser et confronter les perspectives. Malgré une relative économie de moyens, le cinéaste parvient à produire une œuvre riche et surprenante.

En 2013, devant renoncer à son projet d’adaptation du Rouge et le Noir et motivé par le producteur Paulo Branco, Mathieu Amalric se décidait à adapter le roman policier de Georges Simenon, La Chambre bleue. Ce faisant, ses trois derniers films, avec Barbara (2017) et Serre-moi fort (septembre 2021), sont des commandes : deux adaptations littéraires et une biographie filmée, des œuvres à petit budget. Mais ils peuvent aussi se voir comme les tentatives d’un cinéaste de continuer à filmer, de surmonter un blocage artistique et financier par rapport à l’œuvre de Stendhal. La singularité d’Amalric, dans le cinéma français, reste son cumul d’une carrière d’acteur célébré dans son pays et ailleurs (deux Césars, un second rôle chez Spielberg, l’interprétation du méchant dans un James Bond) et d’un parcours de cinéaste. Une seconde voie de création qui passe également par les courts et les moyens métrages, l’acteur ayant notamment consacré des documentaires au dessinateur Joann Sfar et à la chanteuse d’opéra et cheffe d’orchestre Barbara Hanigan.

Ainsi, la réussite artistique et populaire d’Amalric est d’être devenu un acteur complet et intense sans jamais avoir suivi de formation de comédien, et de maintenir une carrière d’acteur-réalisateur, schéma assez rare aujourd’hui en France, bien qu’Alexandre Astier et Guillaume Canet viennent également à l’esprit.

De façon surprenante, La Chambre bleue, Barbara et Se

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Louis Andrieu

Cinéphile, il écrit sur le cinéma, les contenus audiovisuel et les images dans la Revue Esprit depuis 2013.

Dans le même numéro

L’essor sans précédent d’Internet et des nouvelles technologies de l’information a transformé en profondeur le rapport des citoyens à la participation civique. Si elle a permis des progrès incontestables, cette révolution numérique pose également des défis pour la préservation du débat en démocratie. Le bouleversement introduit par le numérique dans la délibération publique semble en effet remettre en cause les exigences traditionnellement associées au débat démocratique, comme l’égalité d’accès, le contrôle public des instances de modération, la fiabilité de l’information ou le pluralisme des courants d’expression. Quelles stratégies adopter pour faire face aux dérives qui touchent aujourd’hui le débat sur Internet ? Le dossier, coordonné par Romain Badouard et Charles Girard, examine la propagation des fausses nouvelles, la mobilisation de nouveaux publics, les pouvoirs de régulations privés et la déstabilisation des cadres juridiques. À lire aussi dans ce numéro : le naufrage moral de l’Église, qui sont les talibans ?, gouverner la pandémie et une rencontre avec Pierre Bergounioux.