Photo : Thomas Park
Dans le même numéro

L’école connectée

Le recours au numérique imposé par le confinement menace la souveraineté de l’école publique au profit du secteur privé. Il doit faire l’objet d’une réflexion collective.

L’épidémie de Covid-19 a poussé l’école à la croisée des chemins. Disparités et inégalités ont trouvé une visibilité indéniable, tout comme les capacités d’invention et d’investissement des communautés scolaires. En temps de confinement et de quarantaines à venir, le numérique est devenu le nœud contemporain et singulier des difficultés de l’école. Le retour en classe a certes été motivé par la nécessité de la sociabilité, mais il est aussi le signe qu’une continuité pédagogique par le numérique n’a pas été pleinement possible.

Les écarts entre établissements ont été réels. Les points de comparaison sont hétérogènes, selon que l’on se situe dans la perspective des enseignants, des élèves ou des parents. En fonction des niveaux, de l’équipement des professeurs ou des élèves et des capacités d’accompagnement, des situations à chaque fois particulières se dessinent. À cela s’ajoutent les disparités de maîtrise des outils, des logiciels et des possibilités d’organiser son temps de travail. Les « disparus » ont été nombreux parmi le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Léger

Professeur de lettres et de philosophie au lycée Victor-Hugo de Florence, il a récemment publié « Soumission, ou l'épuisement de tout » (Esprit, novembre 2018).

Dans le même numéro

La récente vague de manifestations contre le racisme et les violences policières a montré qu’une partie de la jeunesse française a le sentiment d’étouffer. En choisissant de prêter attention à ce qu’elle exprime, on distingue d’abord une demande d’égalité et de justice : loin de constituer un défi aux principes républicains, celle-ci entend plutôt en actualiser l’héritage. À lire aussi dans ce numéro : l’unité européenne après la réunification allemande, le chemin du djihad, les cinq piliers de la laïcité, les pouvoirs de la Cour suprême et la rentrée littéraire.