Dans le même numéro

« Le peuple veut ». Démocratie et révolution en pays d’islam

La révolution tunisienne nous enseigne que la liberté politique est sortie triomphante mais que la demande de justice sociale peine à se réaliser.

Au moment de la chute du président Ben Ali en 2011, vous êtes professeur de droit et vous êtes soudain appelé à jouer un rôle politique éminent. Comment cela s’est-il passé?

Le 15 janvier 2011, au lendemain de l’incroyable et imprévisible départ de Ben Ali, j’ai été contacté par Mohamed Ghannouchi, Premier ministre à l’époque de la révolution. Il m’apprend que trois commissions, chargées des affaires de corruption, des martyrs de la révolution et de la réforme politique, vont être mises sur pied. J’ai accepté la proposition de diriger la Commission de la réforme politique.

Je présume que j’ai été choisi à cause de mon hostilité à l’égard de l’ancien régime, notamment pour ma démission du Conseil constitutionnel en 1992 à la suite de l’adoption de la loi liberticide sur les associations d’avril 1992, pour mon soutien aux grévistes de la faim en 2005 et à la candidature de Mohamed Ali Halouani contre Ben Ali, pour ma position contre la révision constitutionnelle de 2002 qui voulait pérenniser sa présidence, et pour mes nombreux écrits contre l’autoritarisme

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Yadh Ben Achour

Yadh Ben Achour est un juriste tunisien, spécialisé en droit public interne et international, ainsi qu’en théorie politique islamiste. Opposé au régime de Zine el-Abidine Ben Ali lors de la révolution de 2011, il préside par la suite la Haute instance de réalisation des objectifs de la révolution. En 2018, il obtient un deuxième mandat au Comité des droits de l’homme des Nations Unies. Son dernier…

Dans le même numéro

Suite à la crise des Gilets jaunes, ce dossier, coordonné par Jean-Louis Schlegel et Jacques-Yves Bellay, décrit une France en archipel de bassins de vie : certains fragiles et relégués, d’autres attractifs et dynamiques. À lire aussi dans ce numéro : la révolution tunisienne, la tragédie du Venezuela et l’esprit du christianisme.