Notes de lecture

Dans le même numéro

L’inconnu de la poste de Florence Aubenas

septembre 2021

Comme chaque fois qu’elle s’intéresse à un fait divers, il ne s’agit pas pour Florence Aubenas d’en faire le simple récit journalistique et d’en livrer les clés ou de nous faire partager l’opinion qu’elle s’en fait.

Florence Aubenas, grand reporter pour le journal Le Monde après l’avoir été pour le Nouvel Observateur et Libération, ferait sans doute sienne la déclaration de Joseph Kessel qui disait préférer les gens aux idées. Si on lui demande parfois si elle « n’en a pas marre de faire les chiens écrasés », elle dit que ce sont plutôt « les humains écrasés1 » à la rencontre desquels elle ne se lasse pas d’aller. Comme les photographes au temps de l’argentique, où l’on ne comptait pas les heures d’attente jusqu’à capter la bonne image, Florence Aubenas prend son temps et passera s’il le faut des mois sur le terrain, à questionner, à écouter et à regarder vivre ceux sur lesquels elle a choisi de porter son attention pour les raconter.

Parce qu’il est beaucoup plus que la relation d’un fait divers, L’Inconnu de la poste est un livre passionnant. Parce qu’il nous parle aussi de la société dans laquelle nous vivons, l’on pense bien sûr à De sang-froid, Florence Aubenas ayant, comme Truman Capote, passé des années en immersion, parmi les protagonistes de son récit, guidée par sa seule curiosité, cette attention à chaque détail et surtout à la vérité vraie ; à la différence de celui de Capote qui avait pris quelques libertés avec la réalité, son livre n’est pas un roman.

C’est l’histoire d’un village du Haut-Bugey et de ses habitants, do

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Éditions de l’Olivier, 2021
240 p. 19 €

Benédicte Chesnelong

Bénédicte Chesnelong est avocate au barreau de Paris, spécialisée en droit des affaires et droit pénal international. Ayant commencé sa carrière dans le cabinet de Robert Badinter, elle a par la suite travaillé pour la Commission environnement du Parlement européen, le Conseil de l’Europe et les Nations Unies, notamment comme chargée de mission au Kosovo.…

Dans le même numéro

La question du logement nous concerne tous, mais elle peine à s’inscrire dans le débat public. Pourtant, avant même la crise sanitaire, le mouvement des Gilets jaunes avait montré qu’elle cristallisait de nombreuses préoccupations. Les transformations à l’œuvre dans le secteur du logement, comme nos représentations de l’habitat, font ainsi écho à nombre de défis contemporains : l’accueil des migrants, la transition écologique, les jeux du marché, la place de l’État, la solidarité et la ségrégation… Ce dossier, coordonné par Julien Leplaideur, éclaire les dynamiques du secteur pour mieux comprendre les tensions sociales actuelles, mais aussi nos envies de vivre autrement. À lire aussi dans ce numéro : le piège de l’identité, la naissance du témoin moderne, Castoriadis fonctionnaire, le libéralisme introuvable, un nouveau Mounier et Jaccottet sur les pas d’Orphée.