Notes de lecture

Dans le même numéro

Dans la tête de Viktor Orbán d'Amélie Poinssot

Le 27 juillet 2014, lors de son discours devant les participants à l’université d’été du Fidesz, l’Alliance des jeunes démocrates, le mouvement politique dont il a été l’un des fondateurs en mars 1988, Viktor Orbán annonce que la Hongrie rompt « avec les dogmes et les idéologies adoptées par l’Ouest » : « Le nouvel État que nous construisons est un État illibéral[1], un État non libéral. Il ne rejette pas les principes fondamentaux du libéralisme comme la liberté, mais il ne fait pas de cette idéologie l’élément central de l’organisation de l’État ; il inclut au contraire une approche différente, spéciale, nationale. » Que reproche-t-il aux démocraties libérales ? D’être désormais « incapables de maintenir leur compétitivité à l’échelle mondiale ».

Vingt-cinq ans plus tôt, le 16 juin 1989, le même homme, plus svelte, cheveux mi-longs, avait pris date avec l’histoire sur la place des Héros. La Hongrie, alors encore dirigée par les communistes – mais ceux-là s’appliquaient à mettre en œuvre la peres

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Bouthors

Editeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011), Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (François Bourin, 2016), Nous, Français (L’Observatoire, 2018) et, avec Jean-Luc Nancy, Démocratie ! Hic et nunc (François Bourin, 2019).…

Dans le même numéro

Là où nos sociétés connaissent des tensions, là aussi travaille le langage. Le dossier d’Esprit (décembre 2019), coordonné par Anne Dujin, se met à son écoute, pour entendre l’écho de nos angoisses, de nos espoirs et de nos désirs. À lire aussi dans ce numéro : les déçus du Califat, 1989 ou le sens de l’histoire et un entretien avec Sylvain Tesson.