Viktor Orbán, European People's Party | Flickr
Dans le même numéro

Orbán et la droite européenne

avril 2020

Viktor Orban pose aujourd’hui une question de vérité au Parti populaire européen (PPE). Quelle place ce dernier choisira-t-il de faire à la droite ultra-conservatrice, en Hongrie et ailleurs en Europe ? 

Depuis le vote du Parlement européen en septembre 2018 qui demandait au Conseil européen de recourir à l’article 7 prévoyant la suspension du droit de vote d’un État membre, la « question hongroise » est ouvertement posée à l’Union européenne (UE). Cette procédure exigeant l’unanimité et n’ayant aucune chance d’aboutir, la « question Fidesz » ou la « question Orbán » est aujourd’hui posée à la droite européenne. Pour le Parti populaire européen (Ppe), l’enjeu politique concerne le respect de la démocratie libérale et, au-delà, le rapport de la droite modérée à la tentation du national-populisme. Pour Orbán, le dilemme est de préserver son rôle d’enfant terrible au sein du Ppe, avec les avantages que cela apporte à son pays, ou de tenter une recomposition incertaine avec la droite de la droite. Est-il préférable d’être un petit poisson dans l’océan ou un gros poisson dans une petite mare ?

Dissensions

En mars 2019, le Ppe avait suspendu provisoirement le Fidesz. Depuis lors, les protagonistes font monter les enchères avant la tenue d&rsquo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Rupnik

Politologue et directeur de recherches au CERI-Sciences Po, il est spécialiste des problématiques de l'Europe centrale et orientale. Ses recherches portent sur la transition démocratique en Europe de l'Est et dans les Balkans, l'intégration européenne (élargissement de l'UE et politiques de voisinage) et les nationalismes.

Dans le même numéro

Peut-on sortir de diagnostics rapides et univoques dès lors qu'il est question de populisme ? Si le mot est partout, sa définition et les jugements qu'il invite sont rarement mis en débat. En s'appliquant à redonner au populisme une profondeur historique, culturelle et théorique, ce dossier, coordonné par Arthur Borriello et Anton Jaëger, demande ce que ce phénomène révèle des dysfonctionnements de la démocratie. À lire aussi dans ce numéro : Notre-Dame dans la littérature, le rapport entre langage et vérité et les voyages d’Albert Camus.