Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Le désir de Velázquez attrapé par Picasso d’Adrien Le Bihan

Caprice

décembre 2020

Nous sommes emportés par un récit qui semble s’égarer sans cesse en des excursus savants et drôles, mais qui nous ramènent toujours à la question de l’auteur : que représentent Les Ménines pour Picasso ? 

Comme toujours avec Adrien Le Bihan, l’érudition se combine à l’espièglerie pour le grand bonheur du lecteur. Nous sommes emportés par un récit qui semble s’égarer sans cesse en des excursus savants et drôles, mais qui nous ramènent toujours à la question de l’auteur : que représentent Les Ménines, que Velázquez peint en 1656-1657, pour Picasso ? « Quatre tableaux emboîtés le constituent : l’infante Marguerite Marie (cinq ans), flanquée de ses deux suivantes ; un autoportrait, longtemps l’unique authentifié, de Velázquez au chevalet et à la palette ; un atelier du peintre ; une ébauche enfin de portrait en buste, dans un hypothétique miroir, du roi Philippe IV et de la reine Marianne. » Picasso, d’août à décembre 1957, soit trois siècles après l’exécution du tableau, peint cinquante-huit peintures à l’huile sur toile, dans sa villa La Californie, à Cannes. Il décompose l’œuvre, isolant l’infante, les suivantes ou les pigeons. Il ne copie pas, ne reproduit pas ; il part d’un tableau apprécié pour s’en libérer et ainsi le dépasser et l’inscrire dans sa propre production. Peu lui importe que Marguerite Marie soit promise dès sa naissance à son cousin Léopold de Habsbourg, qu’elle épousera et à qui elle donnera six enfants, avant de mourir, le laissant veuf bien que plus vieux qu’elle de onze ans. Pas plus qu’il ne lira ce que Claudel dit de ce tableau de Velázquez. Non, Picasso peint ce qu’il ressent d’espagnol en lui, se souvenant de son père, pei

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Le temps qu’il fait, 2020
128 p. 15 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.