Flux d'actualités

Parasite de Bong Joon-ho : les classes sociales en Corée

Ce qui peut être compris en un crime de lutte sociale devient une évocation plus spécifique du contexte historico-politique coréen.

Il faut reconnaître à Bong Joon-ho et ses films-métaphores d’être de remarquables machines à philosopher. Même si, à la différence de ses précédents films, Parasite, Palme d’or 2019 à Cannes, semble avoir des apparences plus réalistes. À ce sujet, le thème de la lutte des classes à beau être une sorte d’évidence, il apparaît pourtant qu’à l’image du drapeau sud-coréen, symbole taoïste du Yin et du Yang complémentaires dans le cercle de la totalité, le film, lui aussi conçu dans une structure circulaire, développe un faisceau de théories plus complexe qui fait écho à l’histoire et au contexte coréens.

Des thèmes récurrents, chez Bong, réapparaissent comme une continuité d’un discours qui cherche sa cohérence : division des prolétaires, folie douce rampante de personnages à la limite de la psychopathie, présence essentielle de la famille, dualisme riches-pauvres ; mais aussi des thèmes nouveaux, comme le meurtre du « riche », la présence du destin et d’une sorte d’apocalypse. Le tout accompagnant une vision réconciliée de la nouvelle bourgeoisie sud-coréenne qui pose la question de l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !