Libuše Jarcovjáková, Autoportrait, Prague, 1981. Avec l’aimable autorisation de l’artiste
Flux d'actualités

Les 50e Rencontres de la photographie d’Arles ne manquent pas de corps

juillet 2019

C’est Le corps qui enregistre, encaisse, souffre les aléas du monde, ses changements, ses cassures, ses tensions, ses doutes, qui vibre de ses élans, de ses espoirs, qui se réjouit aussi d’un instant de bonheur.

Les rencontres de la photographie d’Arles fêtent cet été leur cinquantième anniversaire[1]. Sans tapage, mais avec densité. La manifestation imaginée en 1970 par l’Arlésien et photographe Lucien Clergue, l’écrivain Michel Tournier – qui animait alors l’émission de télévision La Chambre noire, du temps de l’ORTF – et l’historien, conservateur du musée Réattu, Jean-Maurice Rouquette, est en pleine forme après avoir été secouée, il y a quelques années par le rachat du parc des ateliers SNCF par Maja Hoffmann, important mécène des rencontres. Dans ce lieu qui accueillait chaque année une partie des expositions, la Suissesse entendait installer Luma, sa fondation consacrée à l’image et l’art contemporain, et elle n’avait pas l’intention de faire les choses à moitié, s’offrant les services du célébrissime architecte américain Franck Gehry. François Hebel, alors directeur des Rencontres, jetait l’éponge craignant que la fortune de la famille Hoffmann n’écrase tout. Aujourd’hui, la fondation Luma a pris ses marques, le chantier de la tour conçue par Gehry n’est pas encore d’être terminé (on sait d&

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Bouthors

Editeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011) et Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (Éditions François Bourin, 2016) et Nous, Français (Éditions de l’Observatoire, 2018).…