Francisco de Goya, Le sommeil de la raison engendre des monstres (détail du n° 43 de la série des Caprices, 1799)
Flux d'actualités

Syrie : ne sommes-nous dupes que de nous-mêmes ?

Le réveil des monstres engendre le sommeil de la conscience.

« Même si la trêve conclue fin août sous l’égide de la Russie est théoriquement toujours en vigueur à Idlib, sur le terrain, l’armée syrienne et son allié russe ont repris leur offensive. » C’est ainsi qu’une dépêche laconique annonce, le 5 décembre 2019, le début d’une nouvelle vague de bombardements sur la deuxième plus grande ville de la province, qui fait des centaines de morts, poussant, une fois de plus, des dizaines de milliers de personnes sur les routes. Parmi les familles de réfugiés, bravant la pluie et les bombes, plantant leurs tentes dans la boue de camps de fortune, combien d’entre elles avaient auparavant fui le retour du régime des Assad depuis d’autres régions de Syrie (Deraa, Alep, Homs…) ? Encore et toujours à l’œuvre, les mêmes raids, les mêmes forces armées, les mêmes destructions, les mêmes justifications. La terreur d’État combattant et ravivant la terreur djihadiste pour mieux étouffer les dernières résistances insurrectionnelles et toutes aspirations démocratiques. Tout se répète : les souffrances, la peur, l’exil. Rien n’est venu et rien ne viendra stopper l’implacable remise en selle du d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joël Hubrecht

Membre du conseil de rédaction d'Esprit. Chargé de mission à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Membre du Comité Syrie-Europe après Alep. Enseigner l'histoire et la prévention des génocides: peut-on prévenir les crimes contre l'humanité ? (Hachette, 2009).