Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Imec.
Dans le même numéro

À l’heure suisse. Rencontre avec Pierre Bergounioux

novembre 2021

À l’occasion de la réédition chez Fata Morgana de L’Empreinte de Pierre Bergounioux, Amaury Nauroy évoque sa rencontre avec l’écrivain, en 2012, lors d’une conférence sur le poète suisse Charles-Albert Cingria. Du Limousin de Bergounioux à la Suisse romande de Cingria, il interroge la manière dont les lieux laissent en nous une empreinte, façonnent et habitent l’écriture.

Avec une sincérité déconcertante, Pierre Bergounioux reconnaît qu’il perd « la notion de l’espace1 » chaque fois qu’il voyage vers l’Est, comme s’il lui était impossible d’éprouver la totalité de son être en dehors des limites géographiques que son enfance lui a prescrites. L’un de ses livres les plus personnels, L’Empreinte, s’ouvre et se clôt sur l’affirmation superlative de son appartenance à un lieu unique : « Je suis de Brive. » Partout ailleurs, que ce soit à Limoges, où il fit ses études, à Paris, par la force des choses à Frasne et de l’autre côté du Jura, il se sent dépossédé d’un paysage essentiel, le seul dont il puisse parler, pour l’avoir habité. Il faut dire que, tel qu’il se la représente, l’enclave gréseuse du Bas-Limousin n’a rien à voir avec l’idée que nous nous faisons, nous qui n’y sommes pas allés, des « plus mauvaises terres » de France. C’est, sous sa plume, une somptueuse caverne d’Ali Baba, d’où l’on part tantôt pour d’intenses pêches à la ligne, tantôt pour la collecte d’insectes, comme le procuste chagriné, la cétoine et je ne sais quel coléoptère cataphracté de chitine que Bergounioux, une fois capturés, éthérise puis monte sur épingle pour convenablement les identifier, situer, dater.

Brive, c’est avant tout une terre pour l’œil. Le site est d’une exceptionnelle rareté. La quasi-totalité du système géologique se trouve concen

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Amaury Nauroy

Écrivain, Amaury Nauroy travaille dans l'édition. Après avoir fondé et dirigé, de 2003 à 2008, la revue Tra-jectoires, il est aujourd'hui membre du comité de rédaction de la Revue de Belles-Lettres (Lausanne). En tant qu'éditeur scientifique, il a établi la correspondance de René Char avec Georges Mounin (Gallimard, 2020). Dernier titre paru : Rondes de nuit (Le Bruit du temps, 2017, rééd. 2019).…

Dans le même numéro

L’essor sans précédent d’Internet et des nouvelles technologies de l’information a transformé en profondeur le rapport des citoyens à la participation civique. Si elle a permis des progrès incontestables, cette révolution numérique pose également des défis pour la préservation du débat en démocratie. Le bouleversement introduit par le numérique dans la délibération publique semble en effet remettre en cause les exigences traditionnellement associées au débat démocratique, comme l’égalité d’accès, le contrôle public des instances de modération, la fiabilité de l’information ou le pluralisme des courants d’expression. Quelles stratégies adopter pour faire face aux dérives qui touchent aujourd’hui le débat sur Internet ? Le dossier, coordonné par Romain Badouard et Charles Girard, examine la propagation des fausses nouvelles, la mobilisation de nouveaux publics, les pouvoirs de régulations privés et la déstabilisation des cadres juridiques. À lire aussi dans ce numéro : le naufrage moral de l’Église, qui sont les talibans ?, gouverner la pandémie et une rencontre avec Pierre Bergounioux.