Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Manifestation Black Lives Matter, en juin 2020 · Billie Grace Ward via Flickr (CC BY 2.0)
Manifestation Black Lives Matter, en juin 2020 · Billie Grace Ward via Flickr (CC BY 2.0)
Dans le même numéro

Violences monumentales. Peut-on désarmer les symboles ?

Peut-on désarmer les monuments à la violence coloniale et esclavagiste sans les détruire ? Les contestations récentes du patrimoine, à Paris ou à Brunswick, soulignent que le racisme et la violence font obstacle à un projet politique commun. Risque-t-on de dissimuler l’histoire en cachant l’offense ?

Un collègue, éminent spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, disait, à juste titre, il y a de cela maintenant près de dix ans : le problème de l’histoire de l’art, c’est qu’il n’y a pas de morts. Son propos se situait entre le sarcasme bienveillant et le constat sincère. L’histoire de l’art peut relever de l’enchantement béat, de la mise en série de chefs-d’œuvre qui ne le sont qu’au prix de leur abstraction de toute réalité sociale, même dans la litanie muséale de la peinture religieuse, dont l’iconographie repose sur la cruauté et l’horreur des supplices infligés aux martyrs chrétiens. Cependant, dans l’entretien qu’elle a accordé à Esprit, Claire Barbillon, historienne de la sculpture et directrice de l’École du Louvre, affirme qu’il n’est plus un seul historien de l’art formaliste, autrement dit qui limite son analyse des phénomènes artistiques à des questions plastiques ou d’histoire des formes. La discipline, poussée par la jeune génération, s’est détournée de cette tendance au profit de questions plus politiques de la fabrique de l’art. D’ailleurs, les méthodes des sciences sociales commencent à pénétrer plus systématiquement l’enquête patrimoniale.

Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute qu’une discussion d’historiens sur les guerres au Soudan et en Éthiopie, ou encore l’étude anthropologique des charniers rwandais et de ceux de la Shoah, réduisent à néant le sens de travaux et de recherches sur l’art, si bien que ses porteurs se sentent imméd

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Anne Lafont

Historienne de l'art et directrice d’études à l’EHESS, elle est l'auteure de L'art et la race. L'Africain (tout) contre l'œil des Lumières (Les presses du réel, 2019) et a contribué à l'exposition Le Modèle Noir de Géricault à Matisse (musée d'Orsay, 2019). Elle s'intéresse également à l'art contemporain africain du continent et de la diaspora.…

Dans le même numéro

Patrimoines contestés

Depuis la vague de déboulonnage des statues qui a suivi l’assassinat de George Floyd, en mai 2020, la mémoire et le patrimoine sont redevenus, de manière toujours plus évidente, des terrains de contestation politique. Inscrire ces appropriations de l’espace urbain dans un contexte élargi permet d’en comprendre plus précisément la portée : des manifestations moins médiatisées, comme l’arrachement de la statue d’un empereur éthiopien en Grande-Bretagne, ou touchant à des strates d’histoire inattendues, comme la gestion de la statuaire soviétique, participent d’une même volonté de contester un ordre en dégradant ses symboles. Alors qu’une immense statue célébrant l’amitié russo-ukrainienne vient d’être démontée à Kiev, le dossier de ce numéro, coordonné par Anne Lafont, choisit de prendre au sérieux cette nouvelle forme de contestation, et montre que les rapports souvent passionnés que les sociétés entretiennent avec leur patrimoine ne sont jamais sans lien avec leur expérience du conflit. À lire aussi dans ce numéro : l’histoire, oubli de l’inconscient ?, le prix de l’ordre, pour une histoire européenne, les femmes dans l’Église, les réfugiés d’Ukraine et nos mélancolies secrètes.