Copyright Jean-Louis Fernandez / LFP- Les Films Pelléas - Gaumont - France 3
Dans le même numéro

Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré

juil./août 2018

«Promettez-moi de saillir la beauté» : ce sont les mots, en forme de boutade affectueuse et lyrique, que le personnage principal, Jacques, adresse à son «considérable ami», Mathieu, très certainement un ancien amant, avant de prendre congé de lui, définitivement. Car le suicide est la suprême élégance et la dernière précaution pour se protéger du pire, et ne pas attendre que l’hôpital ou une famille hostile prennent possession d’un corps arrivé au dernier stade de la maladie. Pendant cette cérémonie des adieux, le jeune amant de Jacques, Arthur, qui a quitté sa province bretonne animé par le fol espoir de vivre à Paris leur nouvel amour, attend dans une cabine téléphonique l’appel qui ne viendra pas : ce sont les dernières images du film de Christophe Honoré.

L’enchaînement déchirant des deux séquences pourrait signer l’appartenance de ce onzième long métrage au genre du mélodrame. Ce n’est pourtant pas l’impression dominante que garde le spectateur, car Plaire, aimer et courir vite remplit les promesses narratives de son titre séduisant et fiévreux en multipliant

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Cécilia Suzzoni

Professeure honoraire de chaire supérieure au Lycée Henri IV, Cécilia Suzzoni est la fondatrice et présidente d'honneur de l'Association le latin dans les littératures européennes (ALLE). Elle a notamment dirigé, avec Hubert Aupettit, l'ouvrage Sans le latin (Fayard, 2012)

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.