Porapak Apichodilok
Dans le même numéro

Les limites de la planète. Entretien avec Dominique Bourg

janv./févr. 2018

#Divers

À un moment de bascule dans la prise de conscience écologique, il est essentiel d’adopter un objectif qui permette une variété de trajectoires. Cela implique de s’appuyer sur les sciences du climat, aussi bien naturelles que sociales, représentées par une Chambre du futur.

Sommes-nous à un moment de bascule de la transition écologique, avec un sentiment d’urgence plus présent, des enjeux écologiques mieux débattus et relayés, mais aussi de nombreux conflits ?

La « transition » et ce pourquoi on la conduit sont deux choses différentes. L’expression de « transition écologique » est déjà usée et elle est devenue une auberge espagnole, comme « développement durable », alors même qu’elle s’était imposée pour mettre fin aux ambiguïtés du développement durable. La transition est victime de son succès : elle finit par renvoyer à l’économie verte, avec une approche assez technocratique. Dans la sphère des politiques publiques, on parle de « transition énergétique » avec l’idée implicite que cette approche permettra de garder le même modèle de société. Cet espoir est bien entendu vain, car les conditions qui permettraient de garder le même modèle économique et social n’existent pas. C’est donc une forme d’esquive, une manière de ne pas penser un projet de socié

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Dominique Bourg

    Philosophe, son travail est consacré à notre relation à l’environnement et aux questions écologiques, à l’évaluation des choix technologiques et des risques, au débat public et à la démocratie participative. Il est professeur à l'Université de Lausanne (Institut de Géographe et de Durabilité) et membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et...

Dans le même numéro

Devant la pression sur les ressources naturelles, le projet écologique est le seul qui fasse durablement monde. Ce dossier appelle à un approfondissement de la solidarité et souligne l’urgence d’une transformation de l’Etat, de nos sociétés, de nos concepts politiques et de nos imaginaires.