Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Marcel Duchamp (1887-1968) | wikimédia
Marcel Duchamp (1887-1968) | wikimédia
Dans le même numéro

Que reste-t-il de Marcel Duchamp ?

octobre 2014

L’image canonique de Duchamp, créateur de Fountain (1917), l’urinoir acheté dans un magasin, renversé et signé « R. Mutt », s’est construite tardivement, entre la fin des années 1950 et la fin des années 1970, quand l’art s’engouffre dans la voie du pop art, du nouveau dadaïsme, du nouveau réalisme, de l’art optique et cinétique ou encore du mouvement Fluxus. La plupart des témoignages qu’il a laissés datent de cette époque.

Marcel Duchamp est celui par qui l’avant-garde européenne a fait son entrée officielle aux États-Unis en 1913, avec le Nu descendant un escalier, succès de scandale à l’exposition de l’Armory Show. Plus de cent ans après cette exposition, qui reste l’une des plus célèbres du xxe siècle, la question de l’héritage de Marcel Duchamp se pose encore. L’inventeur du ready-made a en effet toujours pris ses distances avec les théories, esthétiques ou autres, que la création contemporaine, confrontée aux soubresauts d’un monde en transformation, défend aujourd’hui en son nom, pour le meilleur et pour le pire. Les objets et les installations qui s’adaptent particulièrement bien aux foires d’un art devenu mondialisé en sont le signe1.

L’image canonique de Duchamp, créateur de Fountain (1917), l’urinoir acheté dans un magasin, renversé et signé « R. Mutt », s’est construite tardivement, entre la fin des années 1950 et la fin des années 1970, quand l’art s’engouffre dans la voie du pop art, du nouveau dadaïsme, du nouveau réalisme, de l’art optique et cinétique ou encore du mouvement Fluxus. La plupart des témoignages qu’il a laissés datent de cette époque, mais Marcel Duchamp s’est toujours amusé à brouiller les pistes ; en témoignent ses autofictions photographiques, comme son Portrait en travest

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Isabelle Danto

Critique de danse pour la Revue Esprit, Isabelle Danto a été journaliste pour la presse quotidienne (Le Figaro) et a contribué à différentes revues (Danser magazine, Mouvement, La revue des deux mondes) et à plusieurs publications (préface de l’ouvrage Käfig, 20 ans de danse, CCN de Créteil et du Val de Marne / Somogy éditions, 2016). Elle intervient régulièrement dans les festivals…

Dans le même numéro

Vie commune, morale commune ?

Vivre dans le pluralisme

Les luttes pour la reconnaissance

La pédagogie de la laïcité à l'école

Les aspirations de la jeunesse