Jean-Luc Nancy au Salon du livre de Paris | Photo de Georges Seguin (Okki) wikimédia
Dans le même numéro

Islam méconnu ?

Le reproche de méconnaissance de l’Islam par l’Europe doit être considéré dans le contexte d’une tension entre accomplissement et progression indéfinie. On peut ainsi envisager un rapport réfléchi entre les cultures, inspiré de l’histoire des mathématiques et de la littérature.

Pour Amina et Hind

C’est avec surprise que j’entends revenir aujourd’hui un reproche que je croyais surmonté : celui de la méconnaissance ou de la non-reconnaissance de l’Islam par l’Europe (ou par l’Occident, selon les lexiques – mais je crois plus juste, ici et pour le moment, de parler de l’Europe, principal sinon unique acteur historique dans cette affaire). Ce reproche revient, chargé d’amertume et de vindicte, non seulement sur les réseaux sociaux mais aussi dans des propos de personnes cultivées. J’en suis surpris car il me semble que, depuis au moins une vingtaine d’années, ce reproche a été passablement énoncé, discuté, précisé et – je le croyais – surmonté.

Je ne veux certes pas dire qu’il aurait été débouté. Sa justesse a été reconnue et, me semble-t-il là encore, ses arrière-plans ont été mis en lumière. Bien entendu, l’Europe a négligé, oublié, refoulé et parfois même occulté ce qu’elle devait, de toute évidence, aux cultures musulmanes de langue arabe (et de peuples divers) des sept siècles qui ont précédé le xive siècle (dont o

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Luc Nancy

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.