Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Photography Collection, The New York Public Library. "Lydia Thompson, 1836-1908, in "Robinson Crusoe"" The New York Public Library Digital Collections. 1874.
Dans le même numéro

L’essentiel ou comment se l’approprier

Les mesures restrictives liées à la crise sanitaire ont suscité de véhéments débats autour de nos conceptions de l’essentiel et du superflu. Une occasion de réfléchir avec Rousseau, et de voir dans l’essentiel non pas l’objet acheté, mais le moyen par lequel on se l’approprie, son mode de fabrication ou l’usage qu’on en fait.

Le premier confinement avait provoqué un bouleversement de l’ordre des activités et de l’estime sociale qui leur est conférée. Les premiers de cordée passaient soudain derrière celles et ceux qui se trouvaient en première ligne dans l’assistance sanitaire et la satisfaction des besoins : l’essentiel était circonscrit au vital. Le second confinement a provoqué une réaction inverse : une forme de résistance à ce qui peut désormais apparaître comme une réduction de nos vies à leur dimension la plus appauvrie – sans livres, sans spectacles, sans sports collectifs, sans divertissements entre amis… La polémique sur la définition des commerces ou activités essentiels met en question la possibilité d’établir une stricte ligne de partage entre l’essentiel et le superflu de nos existences. Elle doit en réalité nous conduire à un déplacement de ce qui est susceptible d’être évalué comme essentiel : non pas choisir entre un type d’objet et un autre, mais bien plutôt entre un mode d’appropriation plutôt qu’un autre.

La défense des petites librairies est exemplaire du déplacement que nous devons opérer dans nos jugements de valeur. L’incitation à se tourner vers son libraire de quartier plutôt que vers un géant du commerce en ligne montre que l’acte d’achat tire sa valeur du mode par lequel on s’approprie un bien. Le livre, objet essentiel ? La librairie, commerce essentiel ? Au fond, telle n’est pas la question. Car il pourrait y avoir une forme de condescendan

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Johanna Lenne-Cornuez

Philosophe, chercheuse associée à l'unité de recherche "Sciences, normes, démocratie" de Sorbonne Université (UMR 8011), elle vient de publier Être à sa place. La formation du sujet dans la philosophie morale de Rousseau (Classiques Garnier, 2021).

Dans le même numéro

On oppose souvent science et croyance, comme si ces deux régimes de discours n’avaient rien de commun. Pourtant, l’expérience nous apprend que c’est généralement quand l’un des deux fait défaut que l’autre subit une crise. Dans le contexte pandémique actuel, l’incapacité des experts et des gouvernants à rendre compte dans l’espace public des conditions selon lesquelles s’élaborent les vérités scientifiques, aussi bien qu’à reconnaître la part de ce que nous ne savions pas, a fini par rendre suspecte toute parole d’autorité et par faciliter la circulation et l’adhésion aux théories les plus fumeuses. Comment s’articulent aujourd’hui les registres de la science et de la croyance ? C’est à cette question que s’attache le présent dossier, coordonné par le philosophe Camille Riquier, avec les contributions de Jean-Claude Eslin, Michaël Fœssel, Bernard Perret, Jean-Louis Schlegel, Isabelle Stengers. À lire aussi dans ce numéro : l’avenir de l’Irak, les monopoles numériques, les enseignants et la laïcité, et l’écocritique.