Michel-Ange : Photo Alberto Testone | Copyright UFO Distribution
Dans le même numéro

Michel-Ange, la grâce simple

novembre 2020

Avec son Michel-Ange, Andreï Kontchalovski propose une vision très personnelle de l’artiste florentin, où le créateur se voit ramené à sa condition historique. L'attention méticuleuse apportée aux détails offre au spectateur une saisissante immersion dans l’Italie de la Renaissance.

« Tel que je sais que c’est vrai ; je sais que c’est comme ça que ça s’est passé. Que le mouvement était vrai, pas la scène, pas les costumes1. »

L’analyse par Serge Daney des films de Mizoguchi vient à l’esprit devant le Michel-Ange d’Andreï Konchalovski2, film de commande produit par le milliardaire russe Alisher Usmanov, où l’artiste est interprété par un acteur amateur, prothésiste dentaire de son état, Alberto Testone. L’abondance dans la composition des champs et les paroles hurlées, ou tout juste murmurées par le personnage principal, interpellent l’oreille tout le long de la séance, empêchant une appréciation posée des images. Pourtant, personne ne peut nier avoir passé un peu plus de deux heures en pleine Renaissance, ne jamais avoir douté d’un détail de plan, s’être retrouvé transporté dans une autre époque, et l’avoir acceptée d’emblée.

Par quoi commence Michel-Ange ? Trois scènes étranges : l’artiste marchant vers Florence en fustigeant la ville, citant notamment Dante ; les retrouvailles

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Louis Andrieu

Cinéphile, il écrit sur le cinéma, les contenus audiovisuel et les images dans la Revue Esprit depuis 2013.

Dans le même numéro

La récente vague de manifestations contre le racisme et les violences policières a montré qu’une partie de la jeunesse française a le sentiment d’étouffer. En choisissant de prêter attention à ce qu’elle exprime, on distingue d’abord une demande d’égalité et de justice : loin de constituer un défi aux principes républicains, celle-ci entend plutôt en actualiser l’héritage. À lire aussi dans ce numéro : l’unité européenne après la réunification allemande, le chemin du djihad, les cinq piliers de la laïcité, les pouvoirs de la Cour suprême et la rentrée littéraire.