Dans le même numéro

L'affaire du siècle

Militer par le droit

Accompagnée d’une importante campagne médiatique et d’une pétition signée à ce jour par plus de deux millions de personnes, cette « Affaire du siècle » pourrait bien reconfigurer le militantisme en faveur des droits et de l’écologie en France.

Les associations Greenpeace, Oxfam, Notre Affaire à Tous et la Fondation pour la nature et l’homme ont déposé une demande préalable à un recours auprès de diverses autorités en décembre dernier. Celle-ci sera probablement suivie d’un recours devant le juge administratif courant mars. Elles soutiennent que « l’incapacité de l’État à mettre en œuvre des mesures concrètes et effectives (en matière de changement climatique) et le non-respect inéluctable par la France de ses multiples engagements et objectifs constituent des carences fautives de l’État et engagent sa responsabilité. » Accompagnée d’une importante campagne médiatique et d’une pétition signée à ce jour par plus de deux millions de personnes, cette « Affaire du siècle » pourrait bien reconfigurer le militantisme en faveur des droits et de l’écologie en France.

L’État fautif ?

L’originalité de cette affaire ne tient pas à la démarche de recours à l’encontre de l’État. Aussi imparfait soit-il, le contrôle de l’administration par le juge administratif s’est largement appuyé, par le passé, sur l’engageme

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Matthieu Febvre-Issaly

Doctorant en droit public à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialisé en droit constitutionnel comparé et en théorie du droit.

Dans le même numéro

« Lancer l’alerte », un dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon, Juliette Decoster et Lucile Schmid, donne la parole à ces individus prêts à voir leur vie détruite pour révéler au public des scandales sanitaires et environnementaux, la surveillance de masse et des pratiques d’évasion fiscale. Ces démarches individuelles peuvent-elles s’inscrire dans une action collective, responsable et protégée ? Une fois l’alerte lancée, il faut en effet pouvoir la porter, dans un contexte de faillite des espaces traditionnels de la critique.