Conférence de presse suite à la rencontre des dirigeants de la Russie, de la Turquie, de l'Allemagne et de la France ; Istanbul, Turquie, le 27 octobre 2018 | Wikimédia
Flux d'actualités

L’escalade franco-turque

décembre 2020

Les relations diplomatiques entre la France et la Turquie se sont encore dégradées depuis la réaction de l’État français à l’assassinat de Samuel Paty. Cet événement n’est toutefois que le dernier épisode d’une crispation progressive des rapports entre les deux gouvernements, tendus par des enjeux de politique étrangère et sécuritaire, ainsi que par des questions identitaires.

Cour de la Sorbonne, 21 octobre 2020. Emmanuel Macron clôt son hommage à Samuel Paty, l’enseignant de Conflans-Sainte-Honorine décapité par un fanatique musulman pour avoir montré deux caricatures du Prophète à ses élèves. Devant le cercueil de bois blond, le président français fait au défunt une ultime promesse : « Nous ne renoncerons pas aux caricatures, nous continuerons, professeur ! » répète-t-il plusieurs fois.

À quelque 3000 kilomètres de Paris, la machinerie de désinformation turque se met en branle. Responsables politiques et médias aux ordres présentent la promesse du président français comme une politique de l’État français. « La phrase de Macron, “nous continuerons à faire des caricatures”, explique Samim Akgönul, directeur du département des études turques de l’Université de Strasbourg, est immédiatement dénaturée en “nous continuerons à moquer Mohammed”, laquelle constitue un véritable traumatisme chez les musulmans qui aiment le Prophète d’un amour passionnel1. »

Puis, c’est au tour de Recep Tayyip Erdoğan de monter au créne

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !