Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Norma Leah Nelson McCorvey en 1973 (à gauche), également connue sous le pseudonyme de « Jane Roe ».
Norma Leah Nelson McCorvey en 1973 (à gauche), également connue sous le pseudonyme de "Jane Roe".
Flux d'actualités

Le droit à l’avortement aux États-Unis

De nouvelles méthodes pour attaquer les droits fondamentaux

Les lois du Texas et du Mississipi ne s’attaquent pas frontalement à la jurisprudence Roe v. Wade de la Cour suprême. Mais elles la contournent, en dépénalisant la question de l’avortement et en créant des mécanismes de dissuasion.

Le 20 janvier 2022, la Cour suprême des États-Unis a rejeté le recours formé par le Whole Woman’s Health et d’autres « fournisseurs d’avortement » (abortion providers), ces cliniques privées proposant aux femmes des soins de santé parmi lesquels des interruptions volontaires de grossesse. Elles lui demandaient de renvoyer l’examen de la loi texane à un juge fédéral de première instance dans l’espoir qu’il en suspende l’application, ce qu’il avait déjà accepté de faire à l’automne. La Cour suprême a préféré renvoyer l’affaire à la cour d’appel pour le cinquième circuit, dont l’immense majorité des juges ont été nommés par des présidents républicains (de Ronald Reagan à Donald J. Trump, en passant par George W. Bush père et fils) et recrutés dans des milieux conservateurs. En août 2021, le Washington Post qualifiait la cour de « juridiction la plus dangereuse des États-Unis » après avoir été, dans les années 1960, à l’avant-garde du combat pour les droits civiques de la communauté noire1. L’issue du recours ne fait donc aucun doute. La loi texane restera en vigueur tant que la Cour suprême ne se sera pas prononcée sur sa constitutionnalité, probablement au printemps prochain. La juge Sonia Sotomayor (qui fait partie de la minorité progressiste à la Cour suprême et a voté contre la décision) l’a qualifiée de « désastre pour l’État de droit

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !