Boris Johnson le 31/01/2020. | | Number 10 flickr
Dans le même numéro

Royaume-Uni : le pari risqué de Boris Johnson

En prenant des libertés avec l’État de droit, Boris Johnson s’engage dans un jeu dangereux, qui pourrait entamer la renommée diplomatique du Royaume-Uni et lui coûter la confiance des citoyens.

Avec la crise de la Covid-19, l’aplomb et l’attitude triomphale affichés par Boris Johnson au début de l’année 2020 ne sont plus qu’un lointain souvenir. Affaibli physiquement et politiquement par la pandémie, le chef du gouvernement britannique reste attaché aux méthodes qui avaient, dans un premier temps, assuré son succès, en particulier dans le cadre du Brexit. Au 1er janvier 2021, le Royaume-Uni deviendra pleinement un État tiers pour l’Union européenne après une phase de transition qui s’est étalée sur un an environ. À l’heure actuelle, il est impossible de savoir si les deux parties sont parvenues à un accord. Cependant, les événements qui ont émaillé l’automne 2020 permettent de caractériser encore un peu plus la politique de Boris Johnson, que l’on peut à bien des égards qualifier de néo-réactionnaire1.

Le Premier ministre reste attaché à une vision mythique de Britannia qui doit désormais reconquérir son lustre d’antan au travers du projet de Global Britain, mais aussi d’actes forts, marquant le triomphe de la souveraineté retrouvée. La loi sur le marché intérieur britannique poursuit cet objectif. Lorsqu’il l’a présentée au Parlement au début du mois de septembre, le gouvernement a assumé violer le droit international de manière « spécifique et limitée » dans le but de préparer l’absenc

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Aurélien Antoine

Professeur des universités, spécialiste du droit britannique, il est l'auteur de Droit constitutionnel britannique (LGDJ, 2016). Il a fondé et dirige l'Observatoire du Brexit (brexit.hypotheses.org), une plate-forme scientifique ayant pour but de suivre et d'expliquer en continu le processus de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.