Pixabay
Dans le même numéro

La nouvelle science des données

L’idéologie qui accompagne le big data, faisant passer l’exigence théorique au second plan, met en péril l’avancée des connaissances et sapent les fondements d’une éthique rationnelle.

Comme tout paradigme scientifique ou technique nouveau, ­l’exploitation des mégadonnées – ou «big data» – se prête à des dérives idéologiques qui, si l’on n’y prenait garde, pourraient compromettre l’apport indiscutable de cette démarche à la connaissance et à l’action. C’est ainsi que la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l’information et des sciences cognitives NBIC convergence») a pu donner naissance à l’idéologie transhumaniste, laquelle affirme la nécessité du passage le plus rapide possible au stade suivant de l’évolution biologique, dans lequel des machines conscientes nous remplaceront. L’idéologie qui accompagne le big data, quant à elle, annonce l’advenue de nouvelles pratiques scientifiques qui, faisant passer l’exigence théorique au second plan, mettent en péril l’avancée des connaissances et, plus grave encore, minent les fondements mêmes d’une éthique rationnelle.

Modélisation, causalité et corrélation

L’idée que le traitement de données pourrait devenir le fondement d’une scie

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Pierre Dupuy

Philosophe, épistémologue   Dans son œuvre, Jean-Pierre Dupuy a à cœur de tisser des liens entre les différents champs du savoir (économie, anthropologie, épistémologie…) pour mieux comprendre les phénomènes auxquels est confronté le monde contemporain, qu’il s’agisse de la crise financière ou du risque de destruction que le développement des armes de destruction massive fait...

Dans le même numéro

Loin d’être neutres, les entreprises technologiques de la Silicon Valley portent un véritable projet politique. Pour les auteurs de ce dossier, coordonné par Emmanuel Alloa et Jean-Baptiste Soufron, il consiste en une réinterprétation de l’idéal égalitaire, qui fait abstraction des singularités et produit de nouvelles formes d’exclusions. Ce projet favorise un capitalisme de la surveillance et son armée de travailleurs flexibles. À lire aussi dans ce numéro : perspectives, faux-semblants et idées reçues sur l’Europe, le génocide interminable des Tutsi du Rwanda et un entretien avec Joël Pommerat.