Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

LQI. Notre langue quotidienne informatisée de Yann Diener

juil./août 2022

L’essai du psychanalyste Yann Diener ausculte notre langue quotidienne imprégnée par le langage informatique, lui-même profondément marqué par la pensée religieuse. Il n’est plus question d’être pour ou contre le numérique, mais d’établir jusqu’à quel point il nous affecte, tant nos expressions les plus banales (« il est déconnecté de la société ») puisent au langage informatique. La société est envahie par le codage numérique, dont la paternité revient en partie au logicien Alan Turing, qui a concouru à déjouer les communications cryptées de la machine Enigma utilisée par l’Allemagne hitlérienne. La technocratie numérique qui conditionne notre existence trouve en effet ses racines dans la paranoïa nazie, analysée sur le plan linguistique par le philologue Victor Klemperer dans LTI, la langue du IIIe Reich (1947). Une langue mécanisée et déshumanisée conduit souvent à la déshumanisation des actes. Face au chiffrage de la société par Turing, Yann Diener recourt à Sigmund Freud, qui a permis de déchiffrer le langage de l’inconscient. Le langage humain sous pression informatique nous pousse-t-il au réflexe binaire et atrophie-t-il la réflexion ? La lecture de LQI, plus que jamais roborative, nous pousse à y réfléchir.

Les Belles Lettres, 2022
112 p. 13,50 €

Philippe Boulanger

Philippe Boulanger est géographe français, spécialisé en géographie historique, géographie militaire et géostratégie, géographie politique et géopolitique. Il est professeur des universités en géographie à Sorbonne Université. Il est l'auteur de Géographie militaire et géostratégie: Enjeux et crises du monde contemporain (2011).…

Dans le même numéro

Faire corps

La pandémie a été l’occasion de rééprouver la dimension incarnée de nos existences. L’expérience de la maladie, la perte des liens sensibles et des repères spatio-temporels, le questionnement sur les vaccins, ont redonné son importance à notre corporéité. Ce « retour au corps » est venu amplifier un mouvement plus ancien mais rarement interrogé : l’importance croissante du corps dans la manière dont nous nous rapportons à nous-mêmes comme sujets. Qu’il s’agisse du corps « militant » des végans ou des féministes, du corps « abusé » des victimes de viol ou d’inceste qui accèdent aujourd’hui à la parole, ou du corps « choisi » dont les évolutions en matière de bioéthique nous permettent de disposer selon des modalités profondément renouvelées, ce dossier, coordonné par Anne Dujin, explore les différentes manières dont le corps est investi aujourd’hui comme préoccupation et support d’une expression politique. À lire aussi dans ce numéro : « La guerre en Ukraine, une nouvelle crise nucléaire ? »,   « La construction de la forteresse Russie », « L’Ukraine, sa résistance par la démocratie », « La maladie du monde », et « La poétique des reliques de Michel Deguy ».