Notes de lecture

Dans le même numéro

La Science de la richesse de Jacques Mistral

septembre 2019

Jacques Mistral nous offre une histoire de la pensée économique qui s’élève au niveau de celles de Joseph Schumpeter (Histoire de l’analyse économique, 1954) et de Mark Blaug (Economic History and the History of Economics, 1986), et dont il faut donc souhaiter une rapide traduction en anglais.

Elle présente une double originalité qui la rend très bienvenue. Le moment, tout d’abord. L’économie est à un tournant, à côté duquel les tournants keynésien et monétariste apparaîtront comme de petites oscillations. Il est déclenché par l’avalanche des données individuelles, de ménages et de firmes, provenant de capteurs divers aujourd’hui et, demain, de milliards d’objets connectés. Leur traitement avec des méthodes économétriques centrées sur la recherche – non seulement de corrélations, mais de causalités – occupe aujourd’hui la grande majorité des économistes et ébranle profondément les méthodes de la discipline et même son épistémo­logie. Nul ne saurait dire avec précision ce que va devenir la « science de la richesse ». Il est donc on ne peut plus opportun que Jacques Mistral nous propose un profond regard en

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Pierre-Noël Giraud

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Anne-Lorraine Bujon et Isabelle de Mecquenem, remet le sens de l’école sur le métier. Il souligne les paradoxes de « l’école de la confiance », rappelle l’universalité de l’aventure du sens, insiste sur la mutation numérique, les images et les génocides comme nouveaux objets d’apprentissage, et donne la parole aux enseignants. À lire aussi dans ce numéro : un inédit de Paul Ricœur sur la fin du théologico-politique, un article sur les restes humains en archéologie et un plaidoyer pour une histoire universaliste.