Photo : Chris Liverani
Dans le même numéro

Au-delà de la transparence de l’information, contrôler la liquidité

Du sommet de l’État au plus modeste des commentateurs, on n’entend plus désormais qu’un seul mot d’ordre, répété par tous : « Il faut réguler. » Ce violent retournement a quelque chose de pernicieux par son unanimisme même qui n’est pas sans rappeler la logique financière elle-même dans sa propension à focaliser les opinions dans un même sens en étouffant les estimations discordantes. « La sagesse universelle enseigne qu’il vaut mieux pour sa réputation échouer avec les conventions que réussir contre elles » disait déjà Keynes pour expliquer le poids excessif du conformisme boursier.

Autrement dit, contrairement à bien des idées reçues, les marchés boursiers ne réussissent pas à produire des opinions contrariantes ; ils favorisent indûment le mimétisme des investisseurs. Non pour d’obscures raisons de psychologie des foules mais parce que c’est là ce que dicte la rationalité. Prendre parti contre les évolutions de long terme du marché est une stratégie trop risquée. Tous voulaient les taux de profit exorbitants que procuraient le marché des subprimes et ses d&

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

André Orléan

Économiste, André Orléan est actuellement directeur de recherche au CNRS et directeur d'études de l'EHESS. Il est également Président d'honneur de l'Association Françaises d'Économie Politique (AFEP) et membre de l'association Les Économistes Attérés depuis sa fondation en 2011.   Il a notamment publié L’empire de la valeur. Refonder l’économie (Seuil, 2011) qui a reçu le Prix Paul...

Dans le même numéro

L'Etat entre néolibéralisme et régulation
Prégnance du modèle boursier et volatilité de la valeur
Les excès du risque et de la dette
Aveuglement sur les dynamiques du capitalisme
Le social de compétition et l'individu entrepreneur de soi