Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Rescapée du goulag chinois de Gulbahar Haitiwaji et Rozenn Morgat

avril 2021

Lire le récit de Gulbahar Haitiwaji, c’est à la fois comprendre la mécanique du quotidien d’un système concentrationnaire moderne, et prendre la mesure de l’ampleur et de la sophistication du génocide que tentent les dirigeants chinois contre le peuple ouïgour.

Après les témoignages d’Alexandre Soljenitsyne ou Varlam Chalamov sur le goulag stalinien, Simone Veil, Elie Wiesel, Jorge Semprún et tant d’autres sur les camps nazis, Gulbahar Haitiwaji apporte un nouveau chapitre au récit universel de l’enfermement.

Son témoignage sur les prisons chinoises et les camps de rééducation du Xinjiang stupéfait par la constance de l’imagination des bourreaux. Les techniques chinoises de ce début de siècle n’ont d’évidence rien à envier ni rien à apprendre de celles que rapportent les témoins revenus de camps. Il y a comme une sorte d’universel de la torture pour ceux dont l’objectif n’est pas (seulement) de tuer, mais (aussi) plus subtilement d’anéantir. La privation de sommeil et de nourriture, la perte de tout repère temporel jusqu’à ne plus savoir ce qu’est une heure, confondre les jours et se perdre dans le compte du temps constituent les bases de la déconstruction des individus.

Ce qui paraît un ajout assez spécifiquement chinois, c’est la tentative d’endoctrinement : remplacer toute mémoire par des chants patriotiques et des morceaux de phrases sans cesse répétés, à la gloire du régime et de son président. Il y a aussi la déchéance physique, l’humiliation des seaux au milieu de cellules surpeuplées ou l’inspection régulière des corps nus. Les planches sur lesquelles Gulbahar Haitiwaji et ses codétenues cherchent le sommeil rappellent les châlits d’autres prisonniers et, chaque hiver, les détenues avaient cette même hantise

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Éditions des Équateurs, 2021
244 p. 18 €

François Crémieux

Directeur général adjoint de l'AP-HP, il est proche de la revue Esprit depuis son engagement dans les Balkans dans les années 1990, et membre de son comité de rédaction. Spécialiste des politiques de santé et de l'économie de la santé, il s'intéresse également aux questions d'éthique, et au cinéma. Il est l'auteur de Paris-Bichac (Michalon, 1995).…

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.