Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Géraldine Aresteanu
Photo : Géraldine Aresteanu
Flux d'actualités

De crasse et de roses

La Faculté des rêves de Sara Stridsberg, mise en scène de Christophe Rauck

Au Théâtre Nanterre-Amandiers, Christophe Rauck adapte le roman La Faculté des rêves, de la Suédoise Sara Stridsberg. Cette « fantaisie littéraire » foutrement politique explore la vie et l’œuvre de l'autrice américaine Valerie Solanas, dont les écrits ont inspiré le féminisme radical.

Avril 1988. Quelque part, dans un hôtel de Tenderloin, quartier à michetons de San Francisco, meurt la « première pute intellectuelle de l’Amérique ». Qui donc ? Valerie Solanas, « la misanthrope utopique », « l’enfant sans enfance », qu’un Michel Houellebecq, dont les positions féministes nous demeurent obscures, campe en « être incomplet, torturé, contradictoire, fascinant et exaspérant, comme le sont toujours les prophètes1  ».

Qui s’y frotte s’y brûle. Née aux États-Unis en 1936, dans l’ombre des concours de Miss America et des casinos du New Jersey, elle se présente, sans ambages, « politiquement femme, lesbienne, orpheline de père ». Existence marquée, à tous égards, du sceau des voracités masculines : violée dans l’enfance par son père et son beau-père ; battue par son grand-père ; SDF à treize ans ; deux fois mère avant quinze ans – un premier enfant élevé comme sa sœur, le second confié à l’adoption.

Étudiante, Valerie excelle en psychologie à l’Université du Maryland. Elle débarque dans les années 1960 à New York, où elle fait la manche et quelques passes – « dix pour la baise, cinq pour la pipe, deux pour la branle ». En 1965, elle fait la rencontre, cardinale, d’Andy Warhol. S’ensuit, l’année suivante, l’écriture de SCUM (ente

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Paloma Hermine Hidalgo

Paloma Hermine Hidalgo poursuit des études de littérature, de philosophie et de linguistique à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et à l’université Sorbonne Nouvelle. Elle consacre deux mémoires, respectivement, aux Éditions de Minuit, puis à la différence sexuelle et aux « fantasmes de l’universel » au XVIIe siècle. Après un échange à La Fémis, elle est diplômée de HEC Paris, où elle…