Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Boris Eltsine confie l’exemplaire présidentiel de la Constitution russe à Vladimir Poutine, le 31 décembre 1999 (photo Kremlin)
Boris Eltsine confie l'exemplaire présidentiel de la Constitution russe à Vladimir Poutine, le 31 décembre 1999 (photo Kremlin)
Flux d'actualités

La vraie nature de l’humiliation russe

L’erreur des Occidentaux ne fut pas d’avoir humilié la Russie, mais de n’avoir pas compris le danger qu’elle représentait depuis que Vladimir Poutine en avait pris la direction.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, tous les commentaires s’accordent pour condamner Vladimir Poutine. Mais une mauvaise petite musique demeure, celle de l’humiliation de la Russie par l’Occident, celle des provocations de l’OTAN à son encontre. Elle revient en boucle chez ceux qui s’étaient déjà opposés aux sanctions imposées à la Russie après l’annexion de la Crimée et le déclenchement d’une rébellion sécessionniste dans les oblasts de Donetsk et Louhansk – on voit aujourd’hui à quel point ces sanctions furent insuffisantes. Cette rhétorique de l’humiliation est non seulement développée aujourd’hui par le Rassemblement national, avec Marine Le Pen et Thierry Mariani, par Éric Zemmour qui voyait en Poutine un véritable génie politique, comme par Jean-Luc Mélenchon, mais elle l’est aussi depuis huit ans par une partie de la classe politique française, à commencer par Philippe de Villiers, par François Fillon, qui a en quelque sorte fini par en faire profession en travaillant pour des géants russes des hydrocarbures, jusqu’à ce que la guerre déclenchée par Poutine rende sa position intenable et, last but not least, par Hubert Védrine, pourtant bien placé pour savoir de quoi il retourne en vérité.

Que les Russes aient vécu un traumatisme géopolitique et national, c’est une évidence. Alors qu’ils étaient persuadés d’être l’égal géopolitique des États-Unis, ils ont commencé par assister à la perte des pays frères d’Europe centrale. Supplice l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Bouthors

Éditeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011), Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (François Bourin, 2016), Nous, Français (L’Observatoire, 2018) et, avec Jean-Luc Nancy, Démocratie ! Hic et nunc (François Bourin, 2019).…